• Le rapprochement bancaire : un outil indispensable au suivi du compte bancaire.

     

    Qu’entend-on par rapprochement bancaire ?

    Il s’agit d’un document comptable qui justifie l’écart constaté si écart il y a entre le solde bancaire figurant sur le relevé de banque et le solde de la banque en comptabilité.

    Le rapprochement bancaire est un document divisé en deux parties. La première partie reprend les écritures figurant sur le relevé bancaire. La seconde liste les écritures comptables mouvementant le compte de la banque (règlement fournisseurs, encaissements clients…).

    Il doit avoir concordance entre les écritures bancaires et comptables de telle sorte que chaque écriture bancaire puisse être pointée avec une écriture comptable. Les écritures pointées disparaissent alors  du rapprochement bancaire.
    Bien évidemment, il reste régulièrement des écritures aussi bien dans la partie comptable que dans la partie bancaire qui ne sont pas pointées, d’autant plus que la volumétrie est importante. Il peut s’agir de chèques émis pour régler des fournisseurs. Ces chèques sont enregistrés dans la comptabilité à une date T mais seront encaissés par le fournisseur avec un décalage par rapport à cette date T, les chèques figureront dans ce que l’on nomme les suspens bancaires et justifieront la différence entre le solde banque en comptabilité et le solde sur le relevé bancaire.

    Prenons un exemple pour illustrer nos propos. La Société XX a établi un chèque pour son fournisseur YY d’un montant de 1 200 euros. Le solde comptable qui était avant l’émission du chèque de 4 200 euros passe donc  à 3 000 euros. Par contre, comme le fournisseur n’a pas encore encaissé le chèque, le solde sur le relevé de banque ne prend pas en compte le chèque et laisse donc apparaître un solde de 4 200 euros. La différence entre le solde en comptabilité (3 000 euros) et le solde à la banque (4 200 euros) soit 1 200 euros provient de ce chèque non débité en banque.

    Par contre, nous pouvons avoir des écritures sur le relevé de banque qui restent en suspens, c’est-à-dire non rapprochées. Cela peut être le cas d’un virement reçu d’un client qui n’est pas identifié par la comptabilité (le montant encaissé ne correspond pas exactement  au montant attendu).

    Le rapprochement bancaire doit être fait régulièrement. Il existe des outils qui permettent de gérer les rapprochements bancaires en automatique. Ainsi, les écritures bancaires et les écritures comptables sont importées en automatique dans l’outil de rapprochement afin de gagner du temps et d’éviter de ressaisir les données dans un fichier Excel. De plus, selon des critères définis au préalable, un certain nombre d’écritures comptables et bancaires seront rapprochées automatiquement.

    Le travail de rapprochement doit être fait quasiment au quotidien afin de contrôler qu’aucune fraude n’ait été commise. En effet si par exemple un virement est émis de façon frauduleuse, il ne sera pas comptabilisé sauf si le comptable est complice de l’escroc à l’origine du virement, et il sera donc possible de détecter ce virement frauduleux grâce au rapprochement bancaire.
    Le virement sera débité en banque mais n’aura aucune concordance en comptabilité. Suivre le rapprochement bancaire au fil de l’eau permettra de détecter cette anomalie dans le rapprochement et agir au plus vite afin de rechercher l’origine de la fraude et d’éviter d’autres fraudes ou des tentatives de fraudes.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter